Analyse d'articles

Mise en forme de canaux à courbure sévère par instrumentation nickel-titane ProTaper NEXT et BT-RaCe.

Mise en forme de canaux à courbure sévère par instrumentation nickel-titane ProTaper NEXT et BT-RaCe.

917 750 SFE Endodontie

Mise en forme de canaux à courbure sévère par instrumentation nickel-titane ProTaper NEXT et BT-RaCe.

Objectif

Comparer l’efficacité de 4 instruments ni-ti rotatifs lors de la mise en forme de canaux courbes.

Méthodologie

Quatre-vingt racines courbes (25-39°) ont été mises en forme par ProTaper Universal, ProTaper NEXT, Mtwo et BT-RaCe (n=20/groupe). Des clichés pré- et post-opératoires ont été réalisés pour chaque dent puis superposés afin de mesurer les rayons et angles de courbure, ainsi que le transport canalaire par analyse numérique d’image. La durée de la mise en forme et les fractures instrumentales ont également été prises en compte.

Résultats

Le BT-RaCe a montré plus de redressement que le Mtwo. Aucune différence concernant le transport canalaire n’a été montrée. La mise en forme par ProTaper NEXT a été plus rapide qu’avec les autres systèmes utilisés. Une fracture de BT-2 a été observée.

Conclusions

Tous les instruments utilisés dans cette étude étaient sûrs et ont préservé la courbure des canaux radiculaires.

Commentaires

Cet article est intéressant car si de nombreuses études comparent l’influence des systèmes de mise en forme canalaire sur le redressement des trajectoires, l’évolution des alliages NiTi, des profils instrumentaux, de la dynamique instrumentale et du nombre d’instruments utilisés sont en constante progression. En effet, des améliorations par traitement thermique des alliages NiTi conventionnels comme le m-wire (ProTaper NEXT, Reciproc, Wave One) permettent aujourd’hui de repousser la limite élastique des instruments. Les alliages NiTi classiques sont composés d’une phase austénitique qui peut passer en phase martensitique pour conférer les propriétés de super-élasticité spécifiques du NiTi. Le m-wire comprend plus de martensite qui ne se transforme pas. L’alliage est donc plus fin et  homogène que le NiTi classique ce qui améliore ses propriétés mécaniques. Récemment apparu sur le marché, le ProTaper NEXT est constitué de m-wire et possède une section rectangulaire ce qui lui procure un mouvement de ‘serpent’ dans le canal, contrairement aux sections en double S et triangulaires.

Section du BT-Race (a), ProTaper NEXT (b), Mtwo (c), ProTaper (d) / Profils instrumentaux.

En ce qui concerne le choix des systèmes comparés dans l’étude, les auteurs prennent en compte trop de paramètres différents qui ne sont pas suffisamment exploités (alliage, section instrumentale, conicité et diamètre différents). Il n’est donc pas possible de tirer de conclusions sur ces paramètres pris séparément. L’inclusion de systèmes plus proches aurait permis de limiter cette variabilité supplémentaire. Cependant, ce bais est limité par la standardisation des diamètres de préparation (40/100) dans tous les groupes étudiés. Les groupes ProTaper Universal et Mtwo ont servi de contrôle.

Afin de standardiser la courbure des dents incluses, les rayons et angles de courbure ont été mesurés et les dents ont été réparties de manière aléatoire entre les groupes expérimentaux. Cependant, même si la courbure a été répartie de manière homogène entre les groupes étudiés, les rayons (de 4 à 9 mm) et les angles de courbure (de 25 à 39°) ont montré une forte variabilité. Ceci est susceptible d’influencer le comportement instrumental et donc de limiter la puissance de l’étude.

Le redressement et le transport canalaire ont ensuite été mesurés sur des clichés rétro- alvéolaires standardisés par des clés de repositionnement afin d’obtenir la même image aux différentes étapes du traitement. Un cliché pré-opératoire avec une lime K 15/100e en place et un cliché post-opératoire avec l’instrument de mise en forme en place ont été superposés pour comparer les axes des 2 instruments et ainsi apprécier la courbure canalaire initiale et finale. Même si cette méthode a déjà été décrite dans la littérature par les mêmes auteurs (Schäfer et al, 2002), l’utilisation de clichés bidimensionnels ne permet pas de prendre en compte l’ensemble de la morphologie canalaire dans les 3 sens de l’espace. De plus, les instruments laissés en place dans le canal (lime K 15 et instruments de mise en forme) subissent eux- même les contraintes liées à la courbure et sont par conséquent déplacés à l’extérieur de la courbure. Les mesures de redressement et de transport canalaire sont donc systématiquement biaisées par cette méthode. Ces 2 principales limites peuvent être contournées aujourd’hui en utilisant des méthodes d’analyse 3D comme la micro-tomographie sans instrument dans le canal.

Aucune différence de transport canalaire n’a pu être mise en évidence entre les systèmes étudiés. Des études complémentaires sont ici nécessaires avec un protocole plus spécifique et un nombre d’échantillons plus important afin de confirmer ces résultats.

La durée de mise en forme a été plus courte avec le ProTaper NEXT, ce qui était probablement dû au plus faible nombre d’instruments dans la séquence de mise en forme. Ce temps gagné doit être bien sûr mis à profit de l’irrigation finale qui est uniquement effective dans le 1/3 apical lorsque la mise en forme est terminée. Pour rappel, c’est l’association d’une action mécanique (mise en forme) et chimique (irrigation) éventuellement activée (chauffage, vibration sonique/ultrasonore) qui permet une bonne désinfection dans cette zone difficile d’accès.

En conclusion, même si ce travail comprend des biais de protocole non négligeables, tous les instruments comparés ont préservé la courbure radiculaire, ce qui semble être en accord avec la majorité des études publiées. Aujourd’hui, l’évolution des alliages, des profils instrumentaux et de la dynamique instrumentale permet d’optimiser les formes de préparation canalaire. Mais aucune étude n’a à ce jour pu montrer la supériorité clinique d’un système de mise en forme par rapport à un autre sur le succès final du traitement endodontique. Le système de mise en forme canalaire parfait n’existe pas, et seules 65% des parois canalaires peuvent être instrumentées lors de cette étape. Chaque praticien doit donc sélectionner le système qui lui convient le mieux en respectant les règles de base d’asepsie (pose du champ opératoire, irrigation NaOCl 2,5% renouvelée et abondante) et de mise en forme (minimum 25/100e, 6% dans le 1/3 apical) afin de se mettre dans les conditions du succès.

 

Shaping ability of ProTaper NEXT and BT-RaCe nickel-titanium instruments in severely curved root canals.
Bürklein S, Mathey D, Shäfer E.
IEJ. 2014 Aug;doi : 10.1111/iej.12375. (in press)

Résumé et analyse : Dr. Lieven ROBBERECHT (Lille), Dr. Thibault BECAVIN (Lille), Pr. Etienne DEVEAUX (Lille) Dr. Grégory CARON (Paris), , – 03/10/2014

Laisser une réponse