Analyse d'articles

CBCT for the assessment of second mesiobuccal (MB2) canals in maxillary molar teeth: effect of voxel size and presence of root filling.

CBCT for the assessment of second mesiobuccal (MB2) canals in maxillary molar teeth: effect of voxel size and presence of root filling.

917 750 SFE Endodontie

CBCT for the assessment of second mesiobuccal (MB2) canals in maxillary molar teeth: effect of voxel size and presence of root filling.

Objectif

Comparer la détection du deuxième canal mésiovestibulaire (MV2) dans les molaires maxillaires à l’aide d’un faisceau conique tomodensitométrique (CBCT) avec différentes tailles de voxel à un examen radiographique conventionnel lorsque le MV1 était non préparé, préparé et obturé.

Méthodologie

L’examen radiographique et les coupes du CBCT (0,2, 0,25 et 0,3 mm) ont été réalisés en 3 étapes sur 89 échantillons:

  • S1 : Canal MV1 non préparé, non obturé
  • S2 : Après préparation et obturation du MV1
  • S3 : Après désobturation et repréparation du canal MV1

Les images ont été analysées en utilisant le logiciel i-­‐Cat. Après la radiographie conventionnelle et l’acquisition CBCT au stade S3, tous les échantillons ont été clarifiées pour visualiser directement la présence du canal MB2. Toutes les images ont été analysées par un examinateur en aveugle et préalablement étalonné. La précision, la spécificité et la sensibilité ont été comparées en utilisant une analyse de variance (P<0,05 niveau de signification).

Résultats

Les canaux MV2 ont été détectés dans 67% des échantillons (technique de clarification). Dans l’ensemble, l’examen radiographique conventionnel a été associé à des valeurs de précision moyenne inférieures au taux de détection du MV2 par le CBCT et indépendamment de l’état du MV1. L’état du canal MV1 n’a pas influencé la détection du MV2 dans les images de voxel 0,2 mm. La présence de matériau d’obturation dans les canaux MV1 réduit la détection du canal MV2, en particulier dans les images de voxel 0,3 et 0,25 mm (P <0,05).

Conclusion

Le CBCT a été associé à des valeurs moyennes plus élevées de spécificité et de sensibilité pour la détection du canal MV2 comparé à l’examen radiographique conventionnel.
Quand le retraitement endodontique est nécessaire la suppression du matériau d’obturation avant l’examen CBCT élimine les artefacts, ce qui permet l’utilisation de voxel 0,3 mm permettant une bonne performance diagnostique et une dose de rayonnement inférieure.

L’apport du CBCT en endodontie est indéniable tant au niveau du diagnostic, du traitement et du suivi des traitements. Cet article conforte l’intérêt de cette technique radiologique en utilisant un protocole qui permet d’étudier la possibilité de découvrir un canal MV2 dans 3 situations cliniques différentes: avant toute manœuvre instrumentale (S1); après la mise en forme et l’obturation du canal MV1 (S2) et enfin après la désobturation et la réinstrumentation de ce même MV1 (S3).
Le protocole expérimental a été réalisé sur dents extraites et associé à un support mimant le bloc maxillaire et la présence de tissus mous. Lors de la clarification, 9 échantillons ont été perdus et non retirés des statistiques réalisées.
Dans toutes les situations testées, le CBCT présente une meilleure sensibilité et spécificité que la radiographie conventionnelle ici argentique. Les auteurs ont aussi cherché à tester la précision liée à différentes résolutions en modifiant les voxels entre 0,3 ; 0,25 et 0,2 mm sur un CBCT i-­‐CAT grand champ. La plus grande précision dans les différentes phases (S1, S2, S3) est obtenue avec 0,2 mm qui permet de limiter les artefacts mais nécessite un temps d’exposition doublé par rapport au voxel de 0,3mm.
Afin de respecter le principe ALARA (le moins de radiation possible), les auteurs préconisent d’utiliser un temps d’exposition faible (0,3mm) dans les situations de diagnostic initial sur dents non obturées (absence d’artefact) et si les dents sont obturées de réaliser un cone beam après avoir retiré le matériau d’obturation du MV1 afin de limiter les artefacts.

 

Vizzotto MB, Silveira PF, Arús NA, Montagner F, Gomes BP, Silveira HE.
Int Endod J. 2013 Sep;46(9):870-­‐6

Laisser une réponse