Programme de formation de la délégation SFE BORDEAUX AQUITAINE 2020

917 750 SFE Endodontie

Jeudi 13 Février 2020

« Soirée Cas cliniques et nouveautés » 

Jean-François PELI et Raphaël DEVILLARD (Bordeaux)

Partager. C’est le mot d’ordre de cette première soirée Cas cliniques & Nouveautés

Tradition instaurée depuis bien longtemps au sein de la SFE Aquitaine, cette soirée sera une mise en bouche pour introduire le programme très riche de cette année 2020.

Elle permettra de faire un point sur les nouveaux matériaux, leurs indications ainsi que les premiers retours.

La deuxième partie de cette soirée sera consacrée à un échange de nos réussites ainsi que de nos échecs en endodontie afin de pouvoir partager nos diverses expériences.

Mercredi 1er Avril 2020

« Le retraitement rétrograde chirurgical » 

Laurent ARBONA ( Montpellier)

Les traitements endodontiques par voie orthograde présentent des taux de succès cliniques de plus de 95% pour les dents sans lésion péri apicale et inférieurs de 10% sur dents présentant initialement une lésion1.

En cas d’échec, un retraitement endodontique améliorant la désinfection du système canalaire permet d’obtenir la cicatrisation des parodontites apicales. Cependant, environ 15% des lésions apicales sont de nature kystique  et 9% sont des kystes vrais dont le traitement ne peut être assuré que par voie chirurgicale 2.

La chirurgie endodontique peut aussi s’envisager en première intention devant plusieurs types de situations cliniques que nous décrirons à l’aide de cas cliniques.

Quelle que soit la situation clinique , la microchirurgie endodontique doit être considérée comme un véritable retraitement rétrograde du réseau endodontique associant une désinfection canalaire à une obturation rétrograde étanche.

L’objectif de cette présentation sera d’éveiller les omnipraticiens sur cette alternative à l’extraction et pose d’un implant

De leur expliquer pourquoi et comment nous sommes  passé d’un taux de succès de la chirurgie endodontique traditionnelle de 59% à un taux de succès de 94% pour le retraitement rétrograde microchirurgical 3 .

Enfin la présentation des cas cliniques étape par étape sera une aide pour ceux qui veulent débuter ou améliorer leur pratique.

Le chapitre sur la gestion des tissus mous sera l’objet d’une attention particulière.

Octobre 2020

« Soirée Partenaire : FKG-Acteon » 

 Guillaume JOUANNY (Paris)

 Actéon-Mérignac (heure à déterminer)

 

L’objectif de cette soirée est de présenter aux adhérents SFE, le matériel de notre partenaire national avec la participation du Dr Jouanny. Nous aborderons le Glide Path rotatif, la mise en forme canalaire et l’obturation aux ciments biocéramiques avec les produits FKG.

La deuxième partie permettra aux adhérents de pouvoir appréhender le matériel de notre partenaire sous forme de Travaux Pratiques.

L’objectif de cette soirée est de présenter aux adhérents SFE, le matériel de notre partenaire national.

La deuxième partie permettra aux adhérents de pouvoir appréhender le matériel de notre partenaire sous forme de Travaux Pratiques.

 

Jeudi 10 Décembre 2020

« Le Cone Beam, la 3ème Dimension » 

Laurent HAURET (Bordeaux) 

L’endodontie est un vrai challenge pour l’imagerie moderne en 3 dimensions. Cette discipline odontologique, a rendu caduque le classique scanner en raison des artéfacts métalliques et du manque de résolution spatiale, pour révéler toutes les possibilités de la tomographie à faisceau conique.

En effet, elle nécessite une iconographie d’une extrême finesse pour traquer en pré-thérapeutique les variantes anatomiques qu’elles soient radiculaires ou canalaires à l’intérieur même des racines, les résorptions internes à partir du canal pulpaire, les hyperplasies dentinaires à l’origine d’une sténose voire sclérose de ces mêmes canaux pulpaires, les phénomènes d’hypercémentose et enfin les ankyloses par colonisation de la dent par l’os spongieux adjacent. Bien sûr, les bifidités, les

 

duplications, les dens in dente et autres malformations post-traumatiques auront été écartées. Il existe désormais une classification qui grade les lésions inflammatoires péri-radiculaires endodontiques en couplant l’index péri-apical et les données du cone-beam en tenant compte de la topographie, de la taille de la lésion et de son retentissement sur les corticales adjacentes. Surtout, le cone beam par sa grande résistance aux artéfacts métalliques permet d’analyser au mieux les traitements d’endodontie en particulier les incidents iatrogènes qu’il s’agisse des fausses routes et des perforations lors des traitements de couronne ou des forages intra-canalaires ou bien qu’il s’agisse des dépassements de pâte. Dans le même ordre d’idée, on recherchera les causes de récidive infectieuse après traitement comme les fractures et les thérapeutiques incomplètes.

Enfin, on analysera les éléments en faveur d’une récidive infectieuse après résection apicale. Tout cela nécessite des appareillages extrêmement performants (protocole haute résolution avec des voxels inférieurs ou égaux à 15 0 micromètres) et des utilisateurs parfaitement entrainés dans l’acquisition des données mais également dans leur gestion au sein des différents logiciels dédiés ( utilisation de visionneuses MPR permettant l’examen de toutes les coupes dans deux orientations orthogonales au minimum). En effet, ce n’est que la maîtrise totale de la chaine d’imagerie dans son ensemble qui permet d’obtenir le meilleur rendement diagnostique. C’est à cette condition sine qua non que pourront se développer les logiciels spécifiquement dédiés à l’endodontie qui permettront de visualiser au mieux l’anatomie de la dent en modélisation 3D surfacique mais également d’approcher au mieux l’anatomie des canaux pulpaires. Il s’agira alors d’une véritable » » endoscopie » » de chaque canaux avant traitement permettant d’anticiper toutes les variantes anatomiques et de prévoir les zones à risque.

Laisser une réponse